Viteff - sitevi 2023

L'agenda de fin d'année 2023

Date

01.10.23

En cette fin d’année 2023, venez nous rencontrer pour échanger sur votre projet et discuter qualité de pulvérisation, réduction de dérive avec la pulvérisation haute performance aéroconfinée BLISS !

Retrouvez ci-dessous notre présence aux différents événements de la fin d’année 2023. Contactez-nous via le formulaire de contact si vous souhaitez prendre rendez-vous avec nous ! 


VITEFF

 

  • Du 10 au 13 octobre – VITEFF, Epernay
Bliss Ecospray sera présent au VITEFF sur le stand de notre concessionnaire local  Dumont France Cave.
 
 
           Stand 24 – AIRE LIBRE – Allée JEROBOAM



SITEVI


 

  • Du 28 au 30 novembre – SITEVI, Montpellier

Venez nous rencontrez au SITEVI sur notre stand dans le Hall protection des cultures.

                               Stand B1 C 020 – Hall B1 

Pourquoi et comment limiter la dérive
des produits phytosanitaires en viticulture ?
Enjeux, Objectifs et Moyens !

Date

Réduire la dérive des Produits Phytopharmaceutiques (PPP) est une des composantes de la réduction globale de l’impact des PPP en viticulture. Les enjeux sont sociétaux, environnementaux et économiques. Ces préoccupations majeures sont aujourd’hui prises en compte par les pouvoirs publics via le plan ECOPHYTO II et par les viticulteurs, les industriels et les consommateurs pour préserver l’environnement et la population riveraine des vignobles.

L’objectif est de produire de manière contrôlée pour garantir les récoltes en sécurisant l’état sanitaire des parcelles tout en limitant voire en supprimant les impacts environnementaux notamment dans l’air.

On note 3 stratégies agronomiques réparties avec 3 temporalités différentes pour réduire l’impact des PPP dans l’environnement : la prophylaxie, l’observation et le raisonnement dans le temps T et la prise de décision qui elle, induit une modification dans le choix de l’itinéraire technique prévu initialement pour la parcelle. Cependant, ces méthodes ne seront pas suffisantes sans la 4ème approche, un matériel performant en bon état de fonctionnement et bien réglé.

La prophylaxie constitue l’ensemble des méthodes qui anticipent l’apparition de bio-agresseurs. En viticulture, bon nombre de bio-agresseurs peuvent voir leur prolifération considérablement réduites en anticipant les méthodes culturales de la vigne selon un calendrier basé sur leurs cycles de reproduction. Des actions comme l’effeuillage, l’égrappage, l’ébourgeonnage et la taille pour la maitrise de la vigueur des ceps de vigne sont donc constitutives d’une approche prophylactique. Eviter les mouillères par des aménagements drainant contribue aussi à limiter le risque de contamination.

  • Utiliser des parcelles pilotes qui empiriquement voient une apparition précoce de pathogènes est un moyen d’ajuster à l’instant T sa dose et la composition de la bouillie.

  • Mettre en place des pièges à insectes est une méthode permettant une observation en temps réel du type de pathogènes présents sur la parcelle et également de se rendre compte de l’importance de la population. Comme pré-requis pour l’information notons également : la lecture des bulletins de santé du végétal et l’utilisation de logiciel OAD (Outil d’Aide à la Décision) de raisonnement des doses comme Optidose et DECITRAIT (IFV).

 

L’itinéraire technique de culture peut être modifié en fonction des observations, il est ainsi possible de réduire les doses de PPP, de les substituer par des produits biologiques ou de les remplacer par des techniques qui évitent l’utilisation d’herbicides.  

En résumé, l’ensemble de ces mesures agronomiques participent à limiter les tailles des populations d’infestation, permet de diminuer l’intensité des épidémies, le nombre de champignons pathogènes et, de ce fait, contribuent à moduler le risque de résistance(s).

Avant tout, pour limiter la dérive il faut supprimer son origine, les pertes issues du pulvérisateur qui l’induisent. Avant tout, pour assurer un traitement de qualité, il est important d’avoir un appareil de traitement en bon état de fonctionnement (I.E. du contrôle technique), de bien le régler eu égard aux différentes configurations des parcelles et cépages.

C’est pour cela que les descentes BLISS ont été spécifiquement étudiées afin d’apporter les conditions de réussite de la protection du vignoble tout en respectant l’environnement.

BLISS Ecospray optimise l’efficacité de traitement en transformant votre pulvérisateur en un appareil haute performance (qu’il soit tracté, porté ou sur un enjambeur) en y adaptant des descentes de pulvérisation performantes de nouvelle génération dites « face par face Aéroconfinées.

Les descentes face par face BLISS Ecospray fonctionnent avec une barrière d’air laminaire soufflant à une vitesse >240km/h, elles permettent de limiter la dérive en supprimant les pertes à la source avec moins d’1% de pertes dans l’air et moins de 5% de pertes au sol ; elles assurent également la sécurité sanitaire de vos parcelles avec + 50% de PPP apportés en cœur de végétation.

Légères, robustes et simples d’utilisation, elles sont compatibles avec la majeure partie du parc de véhicules existants : (Bobard 1049, Jaguar CMC, Pulvérisateur IDEAL, Berthoud…).

Produite par la société BLISS Ecospray, elles seront commercialisées et disponibles dès juin 2022

PLOU8094

L’effet COANDA :
Qu’est-ce donc et à quoi ça sert ?

Date

L’effet Coanda est éponyme à l’ingénieur roumain Henry Coanda, né en 1886. Il s’agit d’un phénomène physique décrit comme l’attraction d’un jet de fluide (liquide ou gaz) par une surface convexe sur laquelle il s’écoule. Ainsi, le fluide suit la surface et subit une déviation avant de s’en détacher avec une trajectoire différente de celle qu’il avait en amont. 

On peut décrire ce phénomène comme une « bifurcation stationnaire dans un écoulement fluide ».

A contrario, un solide qui arrive vers un objet convexe, aurait une trajectoire liée à un ricochet, comme pour les exemples ci-dessous.

Figure 1 : Comparaison de trajectoires entre un solide et un fluide qui entrent en contact avec un solide convexe
Figure 2 : Illustration de l’effet Coanda par un filet d’eau sur le dos d’une cuillère


A QUOI PEUT SERVIR L’EFFET COANDA ?

  • En aéronautique : L’effet Coanda est en partie à l’origine du fonctionnement d’une aile d’avion, le phénomène de portance est possible grâce à l’air qui passe sous l’aile de l’avion ; l’air exerce une poussée sur les ailes de l’avion et l’empêche de tomber par gravité en le maintenant en altitude ; quand l’avion décélère, le flux d’air est moins important et l’avion perd de l’altitude progressivement.

  • En ingénierie automobile : un autre cas de figure est visible : l’air en suivant la courbe aérodynamique supérieure d’une carrosserie et d’un aileron de voiture, plaque celle-ci contre le sol grâce à l’effet induit d’aspiration sous le véhicule afin d’améliorer son accroche sur la route.
  • En viticulture : Chez Bliss-Ecospray, nous avons breveté un usage différent de l’effet Coanda. Il s’agit d’améliorer le traitement des vignes avec une gestion aéraulique des sprays de pulvérisation. Ainsi, l’effet Coanda s’applique à deux reprises sur l’écoulement de l’air, en bleu et en rouge sur la figure 5 ci-dessous.

Lorsque l’air suit les parois intérieures de nos anneaux entre les lames avant et arrière, il y a un phénomène d’induction et l’effet Coanda accentue et dirige les flux pour confiner la pulvérisation et améliorer la qualité d’application des produits sur la vigne.

Un effet Coanda se produit également lorsque le flux d’air sort des lèvres de la descente. Ainsi, La lèvre extérieure de la descente est plus courte que la lèvre intérieure, cela crée un effet d’induction supplémentaire permettant d’induire un léger angle de l’air vers l’intérieur de l’anneau. Le design de Bliss Ecospray crée donc une lame d’air laminaire performante, régulière et maîtrisée dans sa trajectoire pour une pulvérisation optimale et un traitement des vignobles sécurisé qui gagne en économie, en écologie et en performance de gestion de la pression sanitaire.

Figure 3 : Illustration du bouclier d’air entre deux anneaux simples Bliss Ecospray
Figure 4 : simulation dynamique CFD
Figure 5 : Représentation des effets Coanda en bleu et rouge.

Figure 6 : Turbulence au cœur de végétation = meilleure couverture

Parole de chercheur : Vincent DE RUDNICKI, cofondateur et directeur scientifique

A l’occasion de la Semaine de la recherche du 26 au 30 septembre 2022, nous souhaitons valoriser les profils inspirants qui travaillent quotidiennement au sein de Bliss Ecospray. Découvrons dès à présent le portrait de Vincent DE RUDNICKI, cofondateur et directeur scientifique. 

Quel est votre parcours professionnel et comment en êtes-vous arrivé jusqu'à la création de Bliss Ecospray ?

Je suis initialement un concepteur mécanicien électronicien. J’ai ensuite suivi un parcours universitaire en électronique en IUT validé par diplôme d’ingénieur DPE. En entrant en 1982 dans un centre de recherche pour les agroéquipements « le Cemagref », j’ai de suite côtoyé une équipe d’ingénieurs pluridisciplinaires : mécaniciens, hydrauliciens, électroniciens, informaticiens, agronomes, etc. Nous avons imaginé nombre de solutions de rupture pour répondre aux enjeux de l’automatisation des tâches agricoles.


Nous avons eu la chance d’être les pionniers de l’électronique numérique, l’imagerie, l’automatisme, la robotique, la mécatronique … les années 80-2000, une période où l’évolution technologique avait une courbe exponentielle. Ainsi, j’ai immédiatement travaillé avec des industriels partenaires pour concevoir des systèmes innovants : les sécateurs électroniques asservis. J’ai toutefois été confronté aux usages des utilisateurs sur le terrain (ce qu’on appelle aujourd’hui l’UX-Design) et aux contraintes industrielles ainsi que celles inhérentes à la structuration de la Recherche et du financement.

Après une période à développer des solutions pour la robotique et des outils d’assistance au travail pour les viticulteurs, j’ai travaillé sur l’application des traitements phytosanitaires et principalement sur la quantification des impacts environnementaux. C’est dans ce contexte que j’ai développé des outils NTIC (nouvelles technologies de l’information et de la communication) pour mesurer les conditions d’application des machines mais aussi la mesure des résidus à proximité des parcelles et celles plus éloignées.

De cette manière est né le système PICORE de traçabilité et d’assistance à la viticulture, un outil d’aide pour les viticulteurs qui n’avaient pas les moyens de mieux car les impacts étaient très importants. Durant 5 ans en tant que conseiller scientifique à l’UMT ECOTECHVITI (IFV-INRAE), j’ai contribué à l’élaboration des systèmes de mesure et à l’évaluation des matériels de traitement et de mesure en initiant les études LIDAR.

Je me suis également consacré à ma conviction que mesurer n’était pas suffisant : mon engagement de chercheur m’imposait de trouver une solution qui, non pas atténuait les impacts, mais les supprimait à la source, la conception même du système de pulvérisation ! Ainsi, dès 2014 je proposais une collaboration au VINITECH pour développer un robot de traitement confinant totalement la pulvérisation.

Face à une demande pressante des viticulteurs, j’ai étudié le développement d'une solution qui réponde aux enjeux sociétaux de réduction des impacts environnementaux et des quantités de produits.

D'où vous est venue la passion de la mécanique ?

Depuis tout petit, j’ai construit des maquettes puis ensuite trafiqué mes motos, voitures, et conçu moult objets pour mon loisir et les copains.

À une époque pionnière, la conception mécanique et électronique m’a ouvert les champs du possible et de l’utopie. La passion d’imaginer est en moi, dans mes gènes nuit et jour.

Que représente pour vous cette semaine de la recherche au sein de Bliss Ecospray ?

Cette semaine est l’occasion de valoriser les travaux de chercheurs. Les solutions que nous pouvons découvrir, mêmes les plus abstraites, peuvent apporter des résultats concrets, là où on n’y pensait pas. D’où l’utilité des publications et veilles bibliographiques ! 

« Rien ne sert de savoir si on ne fait pas savoir. »

Quelles sont vos missions au sein de Bliss Ecospray aujourd’hui ?

Mon rôle aujourd’hui au sein de Bliss Ecospray est de transmettre mon expérience, mes connaissances et toutes les idées que je n’ai pas pu mettre en œuvre. Enfin, j’espère avoir encore de nombreuses années devant moi pour porter Bliss Ecospray à son apogée et en faire une référence.

Vous travaillez aux côtés de jeunes ingénieurs, que vous apporte cette collaboration « inter-âge » ?

Cette collaboration inter-âge, je l’ai connu toute ma fin de carrière avec les thésards mais aussi en tant qu’enseignant à la faculté et au CNAM. Quelle satisfaction de se faire interpeller par des anciens étudiants se rappelant de vos cours qui sortaient de l’ordinaire : le message était donc passé …

Ce qui me motive aujourd’hui, c’est d’être bousculé dans mes certitudes par l’impertinence des jeunes, impertinence respectueuse le plus souvent. C’est important, j’ai toujours respecté mes pairs et pères, je leur dois tout. Aujourd’hui, je continue avec la jeune équipe performante de Bliss Ecospray qui me bouscule et vice-versa. 

Quel(s) conseil(s) donneriez-vous à tous ceux qui souhaitent devenir ingénieur et/ou travailler chez Bliss Ecospray ?

Ce que je refoule toujours à l’énonciation d’une idée, c’est le « oui, mais ! » toujours porteur de négativisme. Voici une liste des « must-do » si vous souhaitez devenir ingénieur : 

  • Sortir de sa zone de confort
  • Avoir des idées réalistes
  • Aller voir ce qui se fait ailleurs
  • Lire
  • Être curieux
  • Exercer une veille sur les publications scientifiques
  • Toujours avoir un esprit critique !

 

BARDET_PHOTOS_AERIENNES (6)

L'agenda de fin d'année 2022

Date

15.09.22

Après une période estivale riche en démonstration chez nos viticulteurs partenaires, retrouvez ci-dessous notre présence aux différents événements de Septembre à Décembre 2022. Contactez-nous via le formulaire de contact si vous souhaitez prendre rendez-vous avec nous ! 


STARTUP FOR PLANET

  • Le 27 septembre : L’INRAE organise son premier événement dédié aux startups « Startup for planet » à Paris. Bliss Ecospray y sera représenté par Yves Matton, cofondateur de Technofounders et participera à une table-ronde aux côtés de MAELAB, LoValTech, MAbSilico et NovoBiome 🚀
    Programme et inscription >


VITI VINI

  • Du 11 au 14 octobre, à Epernay, Bliss Ecospray sera présent sur le stand de notre concessionnaire local  Dumont France Cave


Démonstration de nos pulvérisateurs

  • Le 21 octobre, à la Distillerie Sabourin à Cognac. Une démonstration de nos équipements vous sera proposée par notre équipe Bliss Ecospray sur place.


VINITECH

  • Du 29 novembre au 1er décembre, à Bordeaux, Bliss Ecospray sera sur différents pôles du salon : 
    – Au côté de la société UV Boosting (Hall 1 C 0803)
    – Sur le pavillon des startup innovantes 
    – Sur le pavillon Eco-Phyto

Parole de collaborateur : François-Xavier LELONG, Responsable Production et Industrialisation

Nous souhaitons valoriser les profils inspirants qui travaillent quotidiennement au sein de Bliss Ecospray. Découvrons dès à présent le portrait de François-Xavier LELONG, Responsable Production & Industrialisation. 

Depuis combien d'années travaillez-vous chez Bliss Ecospray et en quoi consiste votre métier ?

Je travaille depuis un an et demi chez Bliss Ecospray. De mon point de vue, travailler au sein d’une jeune startup me permet de progresser plus rapidement. Une expérience au sein d’une startup dédiée à l’innovation viticole m’intéressait fortement.

Être responsable de la production et de l’industrialisation chez Bliss Ecospray consiste notamment à choisir les matières de production et les fournisseurs pour l’achat de ces produits. L’un des principaux enjeux est d’identifier et d’adapter les produits aux outils de production existants et de faire en sorte d’augmenter constamment leur performance. Concernant la partie assemblage des éléments, il est nécessaire d’être rigoureux pour mettre en place une logistique dédiée comprenant la gestion des stocks de marchandises et le management d’une équipe.

Ce que j’apprécie particulièrement chez Bliss Ecospray, c’est être autonome dans la mise en place de process et de pouvoir les faire évoluer au fil du temps.

Quel est votre parcours académique ?

Après avoir terminé ma scolarité au sein d’un lycée scientifique, j’ai rejoint une classe préparatoire en région parisienne (94) avant d’intégrer une école d’ingénieur à Grenoble PHELMA durant 3 ans. J’ai poursuivi mes études en Finlande lors de mon Master I et II spécialisé dans les matériaux, l’environnement et l’innovation.

Ma première expérience professionnelle s’est déroulée pendant 2 années au sein d’une startup dans le nord de la France spécialisée dans le secteur de l’automobile. À la suite de celle-ci, j’ai rejoint l’équipe Bliss Ecospray.

Quels sont les aspects de votre métier qui vous plaisent ?

Ce que j’aime dans mon métier, c’est la proximité avec le produit. En effet, le produit est concret et je participe à son évolution en baissant les coûts de production et en augmentant sa valeur ajoutée et sa performance technique, un vrai challenge enthousiasmant !

En quoi la technologie Bliss Ecospray est-elle révolutionnaire pour le monde viticole ?

Je dirai que la technologie Bliss Ecospray est révolutionnaire car elle augmente les performances des traitements de cultures. C’est-à-dire, que nous diminuons les pertes de produits, tout en gardant une capacité de traitement identique aux autres pulvérisateurs. Les tests montrent et prouvent que nous sommes les plus performants sur le marché.

 

Quel(s) conseil(s) donneriez-vous à tous ceux qui souhaitent poursuivre des études dans le domaine de l'Ingénierie ?

Mon conseil aujourd’hui pour les futures générations qui souhaitent se lancer dans le domaine de l’Ingénierie serait de trouver un secteur d’activité qui leur plaît et d’en faire un travail passionnant.

Je n’ai jamais douté de mon choix professionnel, et j’ai toujours fait le métier que je rêvais de faire depuis le collège. Cela s’est fait petit à petit, de par mes recherches, mais aussi au travers de mes différents stages, expériences, mes projets scolaires. Le monde industriel m’a toujours animé.

Interview d'Yves Matton, l'un des co-fondateurs

Date

🎙 Interview de Yves Matton, co-fondateur de Bliss Ecospray, pour et par le média Positive Production !

D’où est venu l’idée de développer des pulvérisateurs aéroconfinés, quels ont été les principaux challenges lors du développement et quelles sont les perspectives de commercialisation de la technologie ? 

On le sait, le biocontrôle, ce n’est pas seulement utiliser des produits meilleurs pour l’environnement, c’est aussi combiner des techniques pour optimiser ses pratiques. Ainsi, en matière de pulvérisation, on pense souvent à la coupure de tronçons ou aux buses anti-dérive. Réduire la dérive de produits phytosanitaires et mieux couvrir les feuilles traitées est désormais possible, en viticulture, grâce à la technologie Bliss Ecospray.

La pulvérisation haute performance confinée

Créée en janvier 2021, Bliss Ecospray est une start-up qui commercialise une technologie de confinement grâce à des lames d’air. Elle répond aux besoins des viticulteurs. Elle a été inventée par Vincent de Rudnicki, chercheur à l’Inrae, dont la spécialité est le travail sur la dispersion des pesticides. Lorsque les deux lames d’air produites par les buses se rencontrent, elles créent un effet de turbulence, sorte de bouclier, qui permet aux gouttes de produits de pénétrer jusqu’au cœur de la végétation.

Le système aéroconfiné de Bliss Ecospray a été développé pour la vigne. On se prend à rêver de le voir décliné pour les autres cultures © Bliss Ecospray 

Nous avons posé quelques questions à Yves Matton, CEO et co-fondateur de l’entreprise

Comment avez-vous eu l’idée de cette technologie ?

Plutôt que d’imaginer une solution pour réduire les nuisances liées aux problèmes de pulvérisation (pertes de produits dans les sols et l’air), Vincent de Rudnicki s’est dit : « Essayons de réduire les problèmes à la source » et a imaginé un modèle qui confine les sprays dès leur application. Il s’est inspiré des effets de l’air en aéronautique, a imaginé, prototypé et validé un concept aéroconfiné : on encapsule ainsi les spays de pulvérisation dans une bulle d’air hermétique. Tout le produit est ainsi orienté sur le végétal.

Mise à l'honneur par le média Les Horizons

Date

Bliss Ecospray est une startup créée en janvier 2021. Elle a développé une technologie qui permet de limiter les dérives des produits phytosanitaires utilisés dans la filière viticole. Cette solution permet de limiter les impacts environnementaux sur le sol et l’eau tout en limitant les coûts pour les viticulteurs.

Bliss Ecospray a été lancée en janvier 2021 après la rencontre entre Vincent de Rudnicki, qui a développé la technologie de l’entreprise, et Yves Matton et ses associés qui travaillent au sein du startup studio TechnoFounders. Vincent de Rudnicki, chercheur à l’ISTREA, rattachée à l’INRAE, a développé une technologie permettant d’optimiser l’utilisation de produits phytosanitaires dans les cultures viticoles.

Bliss Ecospray souhaite ainsi réduire les dérives des produits phytosanitaires utilisés en viticulture. En effet, l’impact des phytosanitaires sur l’eau et les sols est connu et reconnu. La filière viticole est l’une des plus consommatrices de ces produits, mais dans un contexte de transition vers des pratiques agricoles plus durable, elle doit trouver des solutions pour réduire ou limiter l’utilisation de ces produits.

Bliss Ecospray, parmi les 26 lauréats
du concours i-Lab 2021

Date

Bliss Ecospray fait partie des 26 lauréats du Concours Innovation i-Lab 2020-2021 accompagnés par les SATT. Le volet i-Lab du concours valorise les résultats de la recherche publique à travers la création d’entreprises de technologies innovantes !

Le jeudi 8 juillet 2021 s’est tenue la cérémonie de remise des prix des lauréats du Concours d’innovation 2020-2021. Cette cérémonie, placée sous le signe de la relance, a été l’occasion de mettre en lumière les 243 lauréats de l’édition 2021 du Concours d’innovation tous volets confondus, dont 53 lauréats tout confondu accompagnés par les SATT.

Le volet i-Lab du concours valorise quant à lui les résultats de la recherche publique à travers la création d’entreprises de technologies innovantes. Organisé par le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation en partenariat avec Bpifrance, il finance les meilleurs projets de recherche et de développement pour la finalisation du produit, procédé ou service technologique innovant, grâce à une aide financière importante (jusqu’à 600K€ par projet, pour un budget de 26 millions d’euros au total) et un accompagnement adapté. En 23 ans d’existence, i-Lab est devenu un point de passage privilégié pour les porteurs de projets innovants et un label de qualité unanimement reconnu par les investisseurs deep tech.

Pour l’édition 2021, le jury d’experts a distingué 69 lauréats parmi les 399 candidatures reçues au concours national, en particulier dans le domaine de la santé, du numérique et de la mécanique. Parmi eux, 26 lauréats sont accompagnés par les SATT, dont 3 Grands Prix.

Communiqué de presse :
Lancement officiel de Bliss Ecospray

Date

Le startup studio Technofounders et Vincent de RUDNICKI, ingénieur de Recherche à l’IRSTEA / INRAE, dévoilent leur nouvelle société Bliss Ecospray : solution de traitement pour les vignes par pulvérisation confinée à très haute performance

Afin de répondre aux enjeux de protection de l’environnement et des hommes, Vincent de RUDNICKI, ingénieur de Recherche à l’IRSTEA / INRAE, a développé depuis 2017 une innovation technologique basée sur une pulvérisation haute performance confinée grâce à des lames d’air. Cette innovation permet ainsi une réduction drastique de la dérive de produits phytosanitaires tout en améliorant la qualité de couverture des feuilles traitées.

Après plusieurs tests menés sur le banc expérimental et au vignoble, c’est aux côtés du startup studio Technofounders que la société Bliss Ecospray est créée en Janvier 2021 avec pour objectif d’industrialiser et de lancer la commercialisation de cette innovation.

 

Une innovation à destination des viticulteurs soucieux de l’environnement

L’innovation technologique brevetée et utilisée par Bliss Ecospray exploite l’effet COANDA notamment connu dans le secteur de l’aéronautique, afin de confiner le produit pulvérisé à l’intérieur d’une lame d’air haute densité, infranchissable. L’air expulsé à très haute vitesse (>200 km/h) tout autour des buses, forme un anneau dont aucune goutte ne peut s’extraire. Les gouttelettes sont ainsi emprisonnées entre deux écrans transversaux invisibles et constituent une barrière physique, empêchant toute « perte » de produit dans l’air ou sur les sols. On parle alors du phénomène de dérive.

Grâce à son innovation, Bliss Ecospray permet d’atteindre des qualités de couverture quasiparfaite, le tout avec une bonne uniformité. Cette technologie permet également de réduire de manière drastique la dérive de produits phytosanitaires. En empêchant le transfert de ces derniers hors de la zone de traitement, les viticulteurs réaliseraient une économie de 20% à 40% sur l’utilisation de ces produits.

Les descentes Bliss Ecospray ont l’avantage d’être légères, peu encombrantes et surtout compatibles avec un fonctionnement multi rangs pour optimiser les temps de traitement. Bliss Ecospray permet de réduire à la fois la consommation d’énergie et l’utilisation de produits phytosanitaires, tout en optimisant la couverture de la feuille et en préservant l’environnement, quelle que soit la typologie de pulvérisation. Il s’agit donc d’apporter aux viticulteurs un outil offrant d’excellentes performances tout en réduisant de manière
drastique les risques et nuisances pour les riverains.

 

De belles perspectives de développement à l’horizon

Bliss Ecospray s’inscrit pleinement dans le plan EcoPhyto II porté par les Ministères de l’Agriculture et de l’Ecologie, qui a pour but de réduire de moitié l’usage des produits phytosanitaires d’ici 2025 et de garantir une meilleure maîtrise des risques liés à ces produits. A l’occasion du salon international SITEVI en 2019, l’équipe s’était fait la promesse de rendre disponible la technologie sur le marché d’ici quelques années. C’est chose faite !

Dans les prochains mois, l’objectif est donc de développer un premier système industrialisable et d’organiser des démonstrations auprès des viticulteurs intéressés afin de pouvoir proposer des équipements à la vente dès 2022. De ce fait, les équipes de Bliss Ecospray procèderont dès cet été à des premiers essais en conditions réelles au sein des domaines intéressés par le développement de la technologie.

« La technologie Bliss Ecospray permet de réduire de manière drastique les nuisances liées à l’utilisation des produits phytosanitaires, et d’aller dans le sens d’une réduction progressive de l’utilisation de ces produits. La technologie est simple d’utilisation, fiable et notre objectif principal est donc de la rendre accessible aux viticulteurs dès 2022 ! »
Yves MATTON, co-fondateur de Bliss Ecospray